Peut-on bâtir une démocratie ?

Dans le contexte social qui prévaut actuellement en France, cet essai pourra paraître tout à fait providentiel pour un certain nombre de personnes.

Partagez

Après bien des péripéties, après l’attente de réponses d’éditeurs, j’ai du finalement me résoudre à faire paraître mon petit essai en auto-édition. Il est enfin disponible en ligne. Couverture

Les obstacles des éditions

J’avais soumis le manuscrit à un certain nombre d’éditeurs. Un seul a manifesté de l’intérêt en amont pour finalement le refuser pour des raisons qui m’ont démontré qu’il ne l’a même pas lu, un autre m’a envoyé carrément un contrat type, mais il s’est avéré qu’il y avait une grosse anomalie, à savoir une publication dans le style « à compte d’auteur » me laissant toute la charge de la promotion, mais l’éditeur gardant les droits… et puis quoi encore. Trois autres n’ont tout simplement pas répondu du tout.

Je me suis donc résolu à me tourner vers l’auto-édition chez thebookedition.com. Il me reste donc à faire connaître cet ouvrage afin de le diffuser le plus largement possible.

Une dédicace

Le 23 février prochain, je ferai une séance de dédicace à la librairie Les Lettres du temps située à Paris dans le treizième arrondissement.

N’hésitez pas à venir discuter si vous passez dans les parages ce jour là.

Un contenu d’actualité

Dans le contexte social qui prévaut actuellement en France, cet essai pourra paraître tout à fait providentiel pour un certain nombre de personnes. Face à une classe politique de moins en moins en harmonie avec la population et surtout de moins en moins démocrate, il devient urgent de revoir un certain nombre de choses, et ça inclut bien évidemment la remise en place d’une démocratie en France.

vitrine librairie

Cet ouvrage propose un canevas, un cadre de travail pour élaborer des solutions où le mot même de « démocratie » est remis à sa juste place avec sa véritable signification. Quelques idées sont émises, assorties des raisonnements qui m’ont conduit à proposer ces solutions.

Après à peine deux jours en vitrine, mon libraire en a déjà vendu un, et comme il a vendu d’autres livres de cette présentation, il a du revoir la présentation qui n’est pas moins bien que la précédente.

Ce livre disponible dès maintenant au format papier et numérique.

mise à jour du 5 février 2019

La version en anglais est désormais également disponible. The english version is now available, follow the previous link.

Partagez

4 réflexions sur « Peut-on bâtir une démocratie ? »

  1. Page 85 de votre essai ,il manque la clef de voute: la réponse à la question lancinante de l’usage (abusif) et du remplacement de la monnaie …et de ceux qui en profitent …
    Serait-on assez adultes et responsables pour se passer de la monnaie fiduciaire?

    1. Bonsoir,
      en fait, je ne parle pas de remplacer la monnaie, mais de mettre en place des règles strictes qui interdisent la création de fausse monnaie par des banques privées.

      Quant à savoir si on serait assez adultes, je suis enclin à le penser. Et puis ça ne dispenserait pas l’État d’avoir des gens formés et qualifiés pour gérer la monnaie dans la banque centrale, fût-ce sous contrôle citoyen.

  2. L’évolution du genre humain nous amènera à nous passer du vice lié à l’usage de la monnaie fiduciaire et des usuriers…Nous ne sommes QUE locataire de cette terre qui nous nourrit ,et de ce fait ,tout être humain devrait avoir droit gratuitement à sa part de terre cultivable d’accès à l’eau potable, aux semences reproductibles et d’échanger ses savoir-faire ,ce qui de facto rendrait la monnaie inutile, et résoudrait le vice lié à l’accumulation et la spéculation . Sommes nous prêts?

    1. Pour des raisons pratiques que j’expose dans ces pages, je ne crois pas qu’on puisse se passer d’un système monétaire : dès lors, il faut mettre au point un système en mettant en œuvre des règles qui bloquent les abus et le vol.
      Il y aura toujours des gens pour tricher et pratiquer l’usure sous une forme ou une autre, mais commencer par éradiquer l’usure institutionnalisée serait déjà un bon début.

      Le sujet reste ouvert, il me semble qu’il y a assez d’esprits brillants de par le monde, il y a sûrement des idées qu’il faudrait mettre sur la table, les discuter, les analyser et tâcher d’y opposer des objections solides, jusqu’à ce qu’on ne soit plus en mesure de le faire et on aura alors construit quelque chose d’autrement plus sain que le système actuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *