Résignation ou réaction ?

Le choix entre « Réaction » et « Résignation » ne semble pas être encore totalement d’actualité pour une proportion alarmante de nos contemporains qui semblent avoir oublié l’existence du premier dans leur dictionnaire.

Choix résignation ou réaction

Marre des constats

Ho certes, les constats sont nécessaires, indispensables même. Mais ils sont vains lorsque l’on se limite à constater les résultats d’une situation. Je trouve bon nombre de mes contemporains tout à fait désespérants lorsqu’il s’en tiennent à ces seuls constats et ignorent jusqu’à l’idée de préparer la suite. Pourtant, cette suite reste inéluctable. Tôt ou tard, la crise prendra fin et il faudra rebâtir un environnement où tous pourront vivre normalement sans crainte d’une répression quelconque d’un gouvernement totalitaire.

Cette hypnose généralisée est tout à fait fascinante. Il convient d’admettre que les événements se succèdent à un rythme inattendu et chacun est plus spectaculaire que le précédent. Néanmoins, il serait sage de ne pas s’en tenir à ce seul spectacle. Il n’est pas rationnel de se plaindre d’une situation sans proposer de solution.

La suite : une réaction ?

Il faudra pourtant, tôt ou tard, remettre en ordre de marche un pays qui a été sciemment et patiemment démantelé par une succession de traîtres aux commandes du gouvernement. J’ai un peu de mal à me faire à l’idée que cette suite n’intéresse personne. Ho bien sûr, beaucoup souffrent d’une paresse intellectuelle crasse et préfèrent se cantonner à leur petit confort égoïste, ils ne lèveront pas le petit doigt tant et aussi longtemps que cet illusoire confort se maintiendra, allant jusqu’à se voiler la face pour ne pas voir les évidences de la mise en œuvre lente mais opiniâtre d’une véritable dictature en France, prétendu pays des droits de l’Homme. Mais je reste persuadé qu’il reste des gens intègres qui sont déjà convaincus par l’imposture d’un gouvernement d’escrocs. Pourtant, ceux-là restent dans l’ombre et pour la plupart dans l’inaction.

Qu’on ne se méprenne pas sur mon propos, je ne préconise pas une révolution violente. Ce n’est même pas le sujet. Je parle ici de préparer la période qui suivra l’inéluctable chute de ce régime.

J’ai proposé il y a presque un an de commencer à y réfléchir pour nous doter d’un outil afin de faciliter cette reconstruction. L’objectif est la mise en œuvre d’une démocratie. Il s’agit d’une application pour enregistrer et suivre les débats citoyens. Cette page contient un lien vers un document ouvert à tous pour définir le périmètre fonctionnel de cet outil.

À ce jour, personne n’a proposé d’y modifier la moindre virgule. Personne n’a émis la moindre critique, dans quelque sens que ce soit. Je ne peux croire que tout le monde est définitivement neutralisé par la propagande qui sévit en ce moment. Mais en admettant l’idée que certains n’y voient pas la bonne solution, alors qu’ils en proposent une autre. S’il s’agit d’éléments de cette proposition qui ne leur convient pas, alors quelle autre proposition pourraient-ils suggérer pour les remplacer ?

Arrêtez de vous croire inaptes

Je suis bien certain que quelques-uns d’entre vous s’abstiennent en se disant « Ce n’est pas pour moi, je n’ai pas les qualifications pour ça. ». Pourtant, vous n’êtes pas moins concernés que les autres et l’outil sera aussi à votre disposition pour que vous puissiez émettre un avis sans que personne ne puisse trouver à y redire. Préférez-vous la démocratie ou bien vous croyez qu’en fin de comptes la dictature a des charmes qui ne vous déplaisent pas ?

Réagissez, sans présumer de ce que je penserai de votre réaction.

Par définition, la démocratie ne peut se construire que collectivement.

Les constats relayés sur les réseaux, ça va bien un moment, mais réagir et travailler à la solution est largement aussi important. Alors : Réaction ? Ou Résignation ?