Nous aurions pu nous préparer depuis un siècle et demi

Recommandation d’un livre tout à fait édifiant : dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu, à lire pour constater et comprendre la politique française en 2018

Partagez

Une fois n’est pas coutume, je vais ici recommander chaudement un ouvrage publié pour la première fois à Bruxelles en 1864 sous le titre :

Dialogue aux enfers entre Machiavel et Montesquieu
ou la politique de Machiavel au XIXe siècle.

Dialogue aux enfers entre Machiavel et MontesquieuIl s’agit bien entendu d’une fiction, ces deux éminents personnages n’ayant pas vécu aux mêmes époques n’ont jamais pu se rencontrer. L’auteur a donc imaginé qu’après son décès, Montesquieu a rejoint le séjour des morts en attendant le jugement dernier et y a croisé Machiavel qui semblait l’attendre.

Une suite de dialogues

Sur différents thèmes ayant trait à la politique et au gouvernement d’un pays, les deux hommes échangent sur les façons qu’ont les Hommes d’exercer le pouvoir. De toute évidence, l’auteur avait une connaissance très approfondie des ouvrages de ces deux personnages et en avait saisi jusqu’à la manière de raisonner, de telle sorte que ces dialogues, quoique fictifs, puissent être cohérent avec les pensées réelles de ces deux protagonistes.

Montesquieu tente de défendre son approche d’un système républicain et Machiavel démontre avec un certain brio comment retourner le système pour le remplacer par un système despotique qui aurait toutes les apparences d’une démocratie. En lisant ça, j’avais le sentiment de voir une description de la politique française appliquée en 2018. Ainsi donc, nous aurions pu savoir depuis plus d’un siècle et demi ce qui nous pendait au nez. C’est extraordinairement exaspérant de constater que quinze décennies n’ont pas été suffisantes pour élaborer des parades efficaces. Car le soucis est là : certes Machiavel est brillant, mais en même temps un peu irresponsable. Nul doute que bien des hommes de pouvoir se sont inspirés de ses écrits pour en exploiter les idées pernicieuses. Quant aux manières de combattre ces dérives, il semble qu’elles soient toujours aux abonnés absents.

Mais il convient d’admettre que Machiavel n’a pas une très haute opinion de la population en général, et que Montesquieu sur ce point semble d’une naïveté confondante, à moins qu’il ne soit en réalité pas aussi intéressé qu’il voudrait le laisser entendre pour la Démocratie.

Je ne vous en dirai pas davantage et ne peux que vous suggérer de lire ces pages tout à fait édifiantes. On peut trouver le texte intégral sur Internet, mais pour ceux préférant un format papier, il suffit de le commander à votre libraire préféré, il existe en différentes éditions.

Quant aux solutions, il me semble qu’on doit pouvoir en imaginer quelques unes. Mais il faut être bien persuadé qu’il n’y a rien à attendre de représentants corruptibles et encore moins d’un homme providentiel, la solution viendra de nous-même si nous réagissons et prenons nos responsabilités. Je propose depuis un certain temps une approche dans ce sens, approche que j’expose dans une vidéo accessible ici-même.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *