Une nouvelle loi contre les fausses nouvelles ?

Mais pour quoi faire, je vous le demande. Si on a un tant soit peu le sens de l’observation, force nous est de constater que ce n’est certainement pas le gouvernement qui a du mal à faire passer ses informations, la presse nationale étant à ses pieds depuis belle lurette.
Cette presse nous a fait bouffer du « Macron » matin, midi et soir depuis deux ans avec les qualificatifs plus laudatifs les uns que les autres, on s’étonne même de ne pas voir le président marcher sur l’eau.

Ajoutons que n’importe quelle nouvelle publiée par n’importe quel organe de presse, qu’il ait l’aval du gouvernement ou non, peut être vérifié par les services de l’État pour en confirmer ou informer la validité. Partant de là, et en s’appuyant sur une presse nationale soumise, où est donc la difficulté pour publier les démentis appropriés en les assortissant des éléments factuels démontrant l’invalidité de la nouvelle qui serait classée dans les fausses nouvelles ?
Par ailleurs, il faut également savoir que la Loi punit les fausses nouvelles, l’article 27 de la loi du 29 juillet 1881, ça ne date donc pas d’hier. On peut dès lors s’étonner de ce besoin de faire une nouvelle loi. Quelle motivation peut bien animer ce gouvernement sinon de tenter de museler tout discours dissonant dans la propagande ambiante ?

Plus généralement, il est toujours intéressant d’observer les méthodes des gens médiocres pour justifier leurs actions en employant hypocritement les mots de gens biens. Mais si c’était si bien que ça, quel besoin y aurait-il donc à ne pas appeler les choses par leur nom ? Si c’est vraiment bien, il n’y aura nullement lieu de s’inquiéter d’une quelconque contestation.

Si vous avez une explication, n’hésitez pas à la laisser en commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *