Le savoir ne suffit pas

Sans la sagesse ni l’intelligence pour relier entre eux les éléments composant le savoir, ce dernier n’est qu’un remplissage stérile. C’est peut-être pourtant bien de ce principe qu’est née, dans un esprit aussi tordu que pervers, l’idée des chaînes d’information en continu. La plupart des gens n’ayant pas réalisé ce principe se satisferont de cette avalanche de savoir, certains qu’avec les répétitions ils n’en manqueront presque aucune miette, ils ingurgitent au fur et à mesure.

Mais, bien entendu, ils ne se rendent pas compte que, pendant ce temps, ils ne digèrent même pas les informations précédentes, et ils établissent encore moins les liens avec les savoirs acquis précédemment. En somme, ils ne peuvent tout simplement pas réfléchir. C’est tout de même un peu paradoxal, on peut abrutir les gens avec les informations les plus sérieuses simplement par leur volume. Et je ne parle même pas de ceux qui se cantonnent aux télé-réalités et autre sous-culture poubelle propre à éteindre la plus petite étincelle d’intelligence.

Le piège

La plus grande réussite du Diable, c’est de faire croire qu’il n’existe pas

On peut paraphraser cette citation avec le thème du complot de la façon suivante :

« La plus grande réussite des complotistes, c’est de faire croire que les complots n’existent pas »

Le plus efficace pour ça consiste d’abord à privilégier le long terme. Comme le but est d’endormir la méfiance contre le mal, il ne faut rien précipiter. Ensuite, il faut, autant que possible, faciliter la diffusion d’élucubrations par des farfelus se prenant très au sérieux. On laisse faire la presse qui va démonter ces informations frelatées. Assez naturellement, le nombre de ces élucubrations prendra de l’ampleur et la presse traditionnelle tombera dessus en dénonçant des théories fumeuses et dénuées de fondement, ne pouvant en aucun cas être prises au sérieux. Mais après un certain temps qu’il faudra mesurer en années, le lien va progressivement être ancré dans l’esprit du grand public : théorie du complot = élucubration. On laisse mûrir encore un peu et petit à petit, la presse ne perd plus de temps à démontrer que ces histoires de complots sont des fumisteries, chacun « en est bien conscient ». Voilà, la phase 1 est terminée, maintenant on peut laisser plus facilement filtrer des informations sur de véritables complots, plus personne n’y croira.

C’est le même système que l’histoire de ce garçon qui criait « Au loup ! », au début, il a affolé les villageois, mais ces derniers se rendant compte du canular ne l’écoutaient même plus, jusqu’au jour où un vrai loup s’est présenté, et personne ne faisant plus attention, le garçon s’est époumoné en vain, tous les villageois ont été mangés.

Cube de Escher, figure impossible

Seulement voilà, ce système assez machiavélique permet d’ourdir des complots contre des peuples entiers, il suffit de les endormir avec de faux complots facilement démontables. Si aujourd’hui quelqu’un vous explique que tel gouvernement fait telle action pour vous tromper, vous montrant quelque chose qui, en apparence est impossible, vous l’envoyez au bain en le priant d’arrêter avec sa paranoïa complotiste : mais êtes-vous bien sûr qu’il raconte des salades ? Avez-vous bien établi les liens avec vos savoirs acquis ? Avez-vous eu le temps de digérer toutes les informations qui vous ont abreuvé jusqu’à la nausée ces dernières années ?

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *